• DE
  • EN
  • FR
  • Internationale Datenbank und Galerie für Ingenieurbauwerke

Anzeige

Teilen

Folgen

Arthur Regnault, architecte (1839-1932)

La quintessence de l'art sacré

 Arthur Regnault, architecte (1839-1932)
Herausgeber: Jean-Yves Andrieux
Medium: Buch
Sprache(n): fr 
ISBN-10: 2753513805
ISBN-13: 978-2753513808
Verlag: Presses universitaires de Rennes
Veröffentlicht in: Rennes, Frankreich
Seite(n): 256
Jahr: 2011
Bemerkungen: Arthur Regnault est né en 1839, à Bain-de-Bretagne (Ille-et-Vilaine), d'une famille très religieuse. Il meurt à Rennes, en 1932. Elève brillant, il sort ingénieur diplômé de l'Ecole centrale, à 20 ans. En 1861, il est admis à l'Ecole des Beaux-Arts de Paris, puis entreprend une grande tournée en Italie et enchaîne les voyages en France qui montrent un tropisme exacerbé pour l'art sacré. Il s'installe à Rennes en 1866 pour une carrière qui dure plus de soixante ans. Il édifie plusieurs hôtels particuliers, dans la ville, diverses demeures de campagne (château-Létard, à Saint-Erblon) et une multitude de petits bâtiments (presbytères, écoles). Mais l'essentiel de son oeuvre s'inscrit dans l'effort de reconquête de l'Église de France, sous le Concordat. Arthur Regnault construit de neuf environ cinquante églises et vingt clochers, dans lesquels il adapte le grand art léonard (La Guerche-de-Bretagne) ou cornouaillais (Les Iffs). Il restaure, agrandit ou embellit une trentaine d'autres sanctuaires (Le Petit-Fougeray, La Chapelle-aux-Filtzméens), dans lesquels il dessine les plans ou les élévations, mais aussi les décors et le mobilier liturgique, tantôt avec discrétion (Moussé), tantôt avec richesse (Combourg, Liffré). Il est, à l'occasion, assez respectueux du passé pour garder d'anciens retables (Cornillé) et, même, construire autour d'eux, un nouvel écrin moderne (Coësmes). Sa culture personnelle, très polyvalente, sa science de l'archéologie, très aigüe, transparaissent dans un catalogue éblouissant des styles historiques. On s'attend au néo-gothique, dont son mentor, le chanoine Brune, lui a enseigné les vertus, au début de sa carrière. Et il existe bien sûr (Saint-Aubin-d'Aubigné) ! Mais Regnault manie avec la même dextérité le néo-roman (Lohéac, La Chapelle-des-Fougeretz), le néo-Renaissance (La Selle-en-Coglès) et, tout d'un coup, il innove : il importe en Bretagne un style romano-byzantin de son invention (Maxent), puissant, chtonien, sur lequel il ajoute d'élégants clochers à bulbes (Corps-Nuds, Saint-Senoux), de fins clochetons et baldaquins (Tinténiac). L'effet est d'une originalité inégalée :.Regnault produit un véritable condensé de l'art européen et de l'histoire chrétienne (La Fresnais), dont l'influence s'étend, par l'intermédiaire de la congrégation des eudistes, jusqu'au Canada et, même, au Japon. Largement illustré, cet ouvrage issu d'une exposition tenue aux Archives départementales d'Ille-et-Vilaine, nourri par un riche fonds documentaire, dresse le catalogue de l'oeuvre religieux laissé par Regnault et explique comment il est devenu un marqueur indiscuté de l'identité régionale.
Bestellbar bei:

Personen

Anzeige

  • Über diese
    Datenseite
  • Reference-ID
    10078333
  • Erstellt am
    24.09.2018
  • Geändert am
    24.09.2018